Le projet du téléphérique, présenté ici, n’est qu’un des éléments d’une vision plus large |1| défendue depuis quelques années par l’asbl urbAgora. Cette vision est celle d’un redéploiement significatif du transport public dans l’agglomération liégeoise, dans laquelle le tram (pour la ville dense) et le train léger (pour la grande agglomération) tiennent le rôle de fers de lance.

Au-delà de l’aspect technologique, qui peut surprendre ou amuser (même si l’idée a cessé depuis longtemps de faire rire dans de nombreux pays), la proposition du téléphérique vise donc surtout à montrer l’importance qu’il y a à construire le réseau des transport public comme un ensemble cohérent et interdépendant, un réseau dans lequel les différents modes de transports sont pensés pour interagir les uns avec les autres.

Les quelques pages web publiées ici visent donc principalement à montrer qu’il est possible de créer un pôle multimodal de grande qualité sur la place Vivegnis, au coeur du quartier Saint-Léonard. Et, ce faisant, à plaider pour une approche intégrée partout ailleurs : plutôt que de créer des services redondants et s’ignorant mutuellement, multiplions les points d’échange entre bus, train, tram, vélo et voiture.

PNG - 291.2 ko
En jaune le téléphérique reliant la place Vivegnis à la Citadelle. En noir le réseau ferroviaire, existant ou à développer. Dans les autres couleurs, les lignes de tram proposées par urbAgora.

Sur la place Vivegnis — ou, d’ailleurs, de nombreux projets urbains sont en cours —, on peut très facilement rouvrir un point d’arrêt du chemin de fer (c’est d’ailleurs une vieille revendication du quartier), on peut faire passer le tram, on peut installer différents services destinés aux cyclistes, il est même envisageable d’y faire arriver certaines lignes de bus. Le téléphérique viendrait compléter ce point d’échange, en offrant — enfin — une solution à l’engorgement permanent de la Citadelle.

|1| Voir notamment le poster édité par urbAgora.

forum article

15 messages

L’enjeu : créer un pôle d’échange multimodal sur la place Vivegnis
posté le 17 juin 2011 par Noël

Idée bonne ,mais un peu courte cela n’arrangera pas encore le bordel qui est généré pour l’accès de (calvers)la citadelle par la route .Pourquoi pas élaborer une voie rapide venat de l’autoroute afin de décongestionner ce quartier.
Cordialement.


L’enjeu : créer un pôle d’échange multimodal sur la place Vivegnis
posté le 10 mai 2011 par OliD(çu)

Une de plus ! L’idée d’un téléphérique à Liège est fabuleuse et je me réjouis du développement annoncé de nouveaux moyens de communication comme le tram...

Je reste néanmoins fort surpris de voir, chaque jour, le peu de moyen donné à l’élaboration d’un plan vélo un peu valable. Ça fait dix ans que je me rends au boulot à vélo. Dix ans, que je me bats pour être respecté sur la route ou encore toléré sur les trottoirs quand il n’y a pas d’autre solution.

Oui, des petits tronçons deci et delà : une magnifique voie avec feu en prime sur un boulevard pour atterrir dans une foule qui descend d’un bus ; une petite peinture verte au sol (si si, il faut bien ouvrir les yeux mais il y en a parfois) à la forme d’un petit vélo et de demi flèche pour aider le transit en sens contraire d’une voie à sens unique (tiens, bizarre le marquage est bien à gauche pour le sens des voitures mais les flèches, elles, vont dans le même sens ?!) ; une belle allée en bord de dérivation qui abouti sur ... des plots en béton (je vais par où maintenant ?) ; un beau lampadaire sur le trottoir ou une poubelle en bord de voirie pour y parquer mon vélo ; une énorme double voie en bord de Meuse ... vous avez dit autoroute ? ... non non c’est précisé agglomération, mais il en faut « deux bonnes » pour se lancer dans le traffic ; etc. etc.

Bon restons optimiste : 2017, allez on y arrivera !

Cordialement à tous,


Politique vélo
posté le 12 mai 2011 par François Schreuer

Bonsoir,

Cycliste quotidien moi aussi, je partage votre dépit face à l’absence — depuis toujours — de politique cyclable digne de ce nom à tous les niveaux de pouvoir concernés.

Il semble cependant que les choses soient en train de changer, notamment depuis l’embauche, par la Ville, d’une conseillère en mobilité douce (« Madame Vélo »). Le plan qui est actuellement élaboré dans le cadre de la candidature liégeoise aux « villes pilote Wallonie cyclable » contient des éléments franchement remarquables. Une série de propositions seront soumises prochainement au Collège puis au Conseil. Reste à voir si ces instances suivront l’avis des organes consultatifs...

Si vous voulez en savoir plus, n’hésitez pas à prendre contact par mail.


Téléphérique ou funiculaire ?
posté le 10 mai 2011 par gerjac

Je soutiens l’idée d’une liaison Place de Vivegnis-Citadelle connectée aux transports en commun de la vallée (train + tram).

Toutefois le téléphérique ne me parait pas la bonne solution. Le funiculaire par sa capacité et son efficacité me parait une solution meilleure. La ville de Neuchâtel en Suisse relie par ce moyen le bord du lac à sa gare. Je l’ai utilisé à plusieurs reprises lors de séjours à Neuchâtel.

Le contexte de Liège par la distance et la déclivité est d’ailleurs proche de Neuchâtel pour cette liaison.


Allons Messieurs un peu de sérieux !
posté le 7 mai 2011 par oldboy

Le téléphérique est le moyen le plus cher au monde de créer une attraction touristique qui se démodera en moins de trois ans, sera coûteux à entretenir, et dangereux à long terme (voir Huy).

les funiculaires dans le monde se démodent moins vite, et ne posent pas les mêmes problèmes de sécurité et d’entretien ; du Costa Rica à la Suisse ce sont des succès. Les téléphériques existants ne sont rentables que par l’afflux de touristes aux sports d’hiver et les contributions des investisseurs locaux ou de leurs clients..

Et une ville de vélos et de piétons en Belgique où il pleut 150 jours par an ? Ballooney ! diraient les américains. Si c’est rentable, une société privée le fera. Si ce n’est pas rentable ce sera une intercommunale de plus, pleine de petits copains, de réviseurs et d’administrateurs qui n’auront vu de téléphériques qu’aux sports d’hiver. Alors... merci bien. J’ai déjà donné.

Allons Messieurs un peu de sérieux !


Un peu de courtoisie, SVP
posté le 7 mai 2011 par François Schreuer

Comme vous pourrez le constater si vous prenez la peine de vous balader un peu sur le présent site, l’enjeu touristique est secondaire dans le plaidoyer que nous tenons. Nous considérons d’abord et avant tout le téléphérique comme un mode de transport urbain à part entière, et nous souhaitons le voir s’insérer dans le réseau, comme une composante de la chaîne multimodale, permettant, en l’occurrence, de desservir l’hôpital depuis la vallée, d’accéder en vélo aux quartiers de Ste Walburge, Rocourt, Vottem, Xhovémont et autres, de relier les lignes de bus du plateau au chemin de fer et au tram dans la vallée, etc.

La question de la « mode » semble donc peu pertinente dans le cadre de cette discussion.

Ajoutons — mais tout cela est déjà expliqué sur ce site — qu’un funiculaire coûte beaucoup plus cher qu’un téléphérique, que de très nombreux exemples de téléphériques urbains (des Etats-Unis à l’Algérie, de la Colombie à la France) sont des réussites reconnues, que le prix du téléphérique (rapportés aux passagers km transportés) est tout à fait raisonnable par rapport à d’autres modes et qu’on n’a jamais demandé à un transport public d’être financièrement rentable s’il s’avère socialement utile (sauf là où l’on démantèle le transport public).

Quoi qu’il en soit, un peu de courtoisie serait certainement de nature à faciliter une discussion constructive. Je vous saurai donc vivement gré de bien vouloir nous dispenser de ce ton péremptoire et de plutôt prendre la peine de réfuter les arguments et éléments factuels présentés sur ce site.


Sur les traces du tram...
posté le 24 mars 2011 par Alain

Plus que jamais, ma promenade de ce WE, aurait pu s’appeler ’sur les traces du tram’. Toutes les 5 minutes, cette vision du transport structurant, repris sur le schéma ci dessus, a brouillé ma vue, et supplanté la réalité. Et ce que j’ai vu était pour le moins emballant.

(soupirs)

Ah ! Si Liège pouvait avancer dans ce sens. Il ne faudrait, pourtant, que très peu de courage et de réalisme politique à long terme. Tous partis confondus, s’y retrouveraient. Commerces, culture, riverains, touristes. Tous y gagneraient à la longue.

Merci pour ce site !


Votre blog
posté le 7 février 2011 par Julien

Pouvez me dire comment ajouter votre blog a mes flux RSS ?


Fil RSS
posté le 10 mars 2011 par François Schreuer

Bonsoir,

Le présent site présente pour le moment un contenu statique (i.e. qui n’est pas alimenté de façon régulière). Il n’est donc pas pertinent de créer un fil RSS pour le site.

Il existe par contre un fil RSS des commentaires, vers lequel un lien pointe depuis le pied de chaque page du site.

Bien à vous,


Un de mes vieux rêves
posté le 2 janvier 2011

Bonjour,

Enfin un de mes vieux rêves qui pourrait voir le jour.
Personnellement, j’imaginais les cabines au dessus des marches de Buren, mais n’avait pas pensé au point d’arrivée dans la ville.
Je voyais cela comme un désengorgement de la circulation automobile. La possibilité pour le personnel du palais, de la cité administrative, des écoles, etc. de laisser ses véhicules dans un parc, (qui remplacerait le domaine militaire obsolète) et de prendre la télècabine.Mais l’hôpital est venu plus vite !
Vivegnis parait être un projet qui tiendrait la route ! Souhaitons qu’il se réalise avant que les espaces ne soient occupés différemment.
Pour le tourisme il y a le puit, les bastions, le panorama.

Pour le projet du tram qui pourrait répondre à ces questions.

1) quel but poursuit-on en supprimant le tram, en région Liégeoise, durant quelques temps pour ensuite le rétablir ?

2) Pourquoi un trajet n’emprunterait-il pas la liaison souterraine pont des arches- pont Atlas 5 ? (reste à effectuer la liaison sous le pont Maghin) ?

Pour les autres projets qui pourrais m’éclairer

1) quand est-il du projet de liaison rapide par voie fluvial .Cela avance-t-il ?

2) pourquoi les anciennes lignes de chemin de fer sont-elles systématiquement revendues ?

3) pourquoi lorsque l’on veut faire visiter les coteaux se trouve-t-on devant une porte fermée à clef.

4) Les circuits TEC sont en majorité établi en « étoile » et dirigés vers le centre. Pense-t-on à d’éventuelle transversales ?

5) Le sol sous superficiel de la ville (bras de Meuse et Ourthe) ainsi que le sous-sol minier sont-ils un handicap pour le développement des communications ?

Je sais que vous êtes une ASBL et non les responsables de la Ville, du TEC ou de la SNCB, mais vous avez peut-être des adresses où des contacts privilégiés. Souhaitons que des tables rondes autour de projets novateurs à échelle humaine et non mégalomane voit le jour dans cette cité qui veut rester ardente.

Merci et tous mes voeux.


Quelques réponses
posté le 3 janvier 2011 par François Schreuer

Bonsoir,

Quelques réponses à vos questions :

1) Le démantèlement de presque tous les réseaux de tram européens (sous la pression de l’automobile triomphante à l’époque), dans les deux décennies qui ont suivi la dernière guerre, a été une prodigieuse stupidité. Depuis lors, on a connu plusieurs chocs pétroliers, on s’est rendu compte que la bagnole, utilisée abusivement, nuisait gravement à la qualité de vie en ville, on a pris conscience de la question climatique, on s’est rendu compte que la production de pétrole s’apprêtait à décliner... Bref, faire marche arrière n’est que reconnaître une (grosse) erreur qu’on a commise, même s’il faudra du temps - particulièrement à Liège - pour développer à nouveau un réseau qui ressemble à quelque chose.

2) Contrairement à diverses légendes urbaines, il ne reste pas grand-chose des tunnels qui ont été construits ou (surtout) envisagés dans le cadre de la saga des transports en commun à Liège (TAU, gare des bus de la place St Lambert et le reste). Il est peu probable que ces infrastructures puissent être récupérées pour le tram, en tout cas pas sans d’importants investissements. Cela dit, une telle option ne serait pas nécessairement pertinente pour la desserte des quartiers (qui sera nettement meilleure si le tram passe au coeur des quartiers). Mais surtout, à la différence des utopies techniciennes des années 60, 70 ou 80, la fonction du tram ne se limite pas au transport : le tram - parce qu’il circule, précisément, à ras de terre - est un outil remarquable permettant d’améliorer la qualité de l’espace public, l’équilibre entre les différents usages de la voirie, etc.

3) L’idée de faire circuler des navettes fluviales sur la Meuse est une vieille ritournelle qui revient régulièrement. Jusqu’à présent, je n’ai pas connaissance d’un modèle économique viable pour un tel service, dans le contexte budgétaire qui est celui (très mauvais) des transports en commun liégeois. Le seul projet chiffré (celui des « Navibus » de la société BMB), s’était avéré peu réaliste selon une brève analyse réalisée par urbAgora.

4) Les « anciennes » lignes de chemin de fer ne sont certainement pas « systématiquement revendues ». Les quelques-unes qui sont désaffectées en région liégeoise ont été transformées en « RAVeL » - ce qui n’est pas la pire des choses, puisque, en plus de servir à court et moyen terme, les assiettes restent disponibles et pourront, le cas échéant, être referrées à l’avenir (c’est par exemple souhaitable pour la ligne reliant Liers et Ans, via Rocourt).

5) Concernant les horaires d’accès aux Côteaux de la Citadelle, il faudrait poser la question à l’échevin de l’urbanisme.

6) L’arrivée du tram devrait permettre une réorganisation complète du réseau du TEC. Effectivement, la création de lignes de rocade en sera un des enjeux importants. C’est une question à laquelle nous sommes attentifs, à urbAgora.

7) Les quelques compétences que nous avons accumulées sur les questions touchant au tram ne concernent pas le sous-sol. En attendant de disposer du résultats des études qui seront menées sur cette question, je ne suis pas en mesure de vous répondre.

8) Dernière chose : je ne pense pas qu’il faille envisager de créer un gros parking de dissuasion à la Citadelle. Le site est déjà suffisamment abîmé par les parkings de l’hôpital et son accessibilité voiture n’est pas idéale. Le téléphérique est plutôt à envisager comme complémentaire au vélo ou comme un élément venant s’insérer utilement dans la chaîne des transports en commun.

Bien à vous,

FS


L’enjeu : créer un pôle d’échange multimodal sur la place Vivegnis
posté le 10 décembre 2010 par Nico D

Ce projet est tout simplement génial. Je viens de lire tout le site d’une traite. Vos arguments semblent couler de source. Je m’imagine déjà dans une cabine, en train de contempler le coeur historique de Liège qui se révélerait peu à peu à la vue au fur et à mesure de l’ascension. Le pied !

Je ne sais pas ce que les autorités attendent pour lancer une étude de faisabilité sur ce projet.

J’espère vraiment que vous parviendrez à obtenir que le tram passe par la place Vivegnis : ça changerait tout dans le quartier.

Merci pour ce que vous faites.


L’enjeu : créer un pôle d’échange multimodal sur la place Vivegnis
posté le 9 décembre 2010 par A.L.

Plutôt qu’un téléphérique, 2 cabines montant et descendant alternativement, je plaiderai pour un télécabine débrayable (comme dans les stations de sport d’hiver ou à Alger et Medellin) qui a l’avantage d’avoir un débit plus modulable et un temps d’attente beaucoup plus court( les cabines passent tout le temps.


Télécabines ou téléphérique ?
posté le 10 décembre 2010 par François Schreuer

Nous n’avons pas vraiment pris position sur cette question, le terme « téléphérique » est à entendre dans son sens générique de « transport par câble » (d’ailleurs, vous remarquerez que de nombreuses illustrations choisies pour ce site figurent des télé-cabines).

L’avantage des caisses de grande capacité (pouvant embarquer jusqu’à une centaine de personnes), c’est qu’il plus facile d’y monter avec un vélo, avec une poussette, avec une chaise roulante, etc et que ces usages doivent à notre sens être garantis. Si les télécabines sont de taille suffisante pour permettre cela, autant choisir ce système, effectivement.


L’enjeu : créer un pôle d’échange multimodal sur la place Vivegnis
posté le 9 décembre 2010 par JeyBZH

La principale difficulté risque de mettre autour d’une même table SNCB, TEC, Ville de Liège, Hôpital de la citadelle, associations (Gracq, ACTP, urbAgora...) et riverains car ce projet implique une dynamique commune. La force du projet c’est la multimodalité. Connecter les réseaux de train, de tram, le téléphérique, les pistes cyclables et affranchir les piétons et cyclistes du nivellement entre la vallée et le plateau permettra un important transfert de charge modal (moins de voiture et plus de piétons et cyclistes). Il est donc possible qu’en découle un trafic motorisé moindre sur Sainte-Walburge, sa montagne, la rue de Campine, les places Hocheporte et du Cadran particulièrement congestionnés (sans le déplacer ailleurs) et où les véhicules d’urgence sont parfois englués dans les bouchons. Ce téléphérique doit s’accompagner d’un large "plan vélo" sur le plateau de la Citadelle à Rocourt et de Vottem à Sainte-Walburge.


Poster un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.