D’aucuns considèrent que la place Vivegnis est trop éloignée du centre-ville et que l’intérêt — notamment touristique — du téléphérique serait considérablement diminué s’il devait démarrer à cet endroit.

À nos yeux, c’est oublier que le téléphérique — loin d’être un gadget — doit être conçu comme un outil de mobilité quotidienne. À ce titre, il est essentiel de le mettre en connexion directe avec les principaux réseaux de transport public que sont le train et demain le tram, ce qui est possible Place Vivegnis.

forum article

12 messages

Pourquoi le faire partir de la place Vivegnis et pas de l’esplanade (...)
posté le 18 septembre 2011 par bujinka

Je trouve, dans les divers projets de "ma" ville, un encouragement, un enthousiasme, à nous convaincre, à nous inviter d’y revenir y habiter ; car, lorsque les transformations des commerces ont chassé les habitations supérieures à ceux-ci, soit en étage, le peuple citadin a disparu peu à peu : la Ville est devenue ténébreuse, en nocturne, insécurisante, et ne fut-ce que de penser à s’y rendre pour un resto, un cinéma, un opéra, un concert, coupait "la chique" à bien des gens. Oui, un grand oui, pour un téléphérique, un port plus largement ouvert à la plaisance et au trafic commercial, un métro digne de ce nom, une foire internationale et des rapprochements de quartier en quartier - à l’unique condition ! que cela amène une réfection des quartiers "oubliés" et crados, une sécurité en soirée, un aménagement environnemental de qualité, etc, etc. Quelle qu’advienne la couleur politique liégeoise, mesdames et messieurs les élu(e)s : soyez primo des citoyens qui désirent la conviavilité de votre Ville de Liège !!!!


Traverser la Meuse
posté le 22 juin 2011 par GIL

Bravo pour l’idée de base.

Imaginons ...

N’est-il pas possible d’envisager une gare SNCB en bout d’esplanade (un pôle urbain et touristique d’une toute autre ampleur que la placette Vivegnis, les 2 gares SNCB desservant alors le centre et ses pôles touristiques majeurs) ?

A l’autre bout de cette esplanade, place de Déportés, l’arrêt du tram et des bus ? Arrêt en bout de Batte.

Et un téléphérique "à plat" traversant l’esplanade Saint-Léonard avec un arrêt à la nouvelle gare SNCB avant de s’élever vers la Citadelle ?

L’arrêt place des Déportés pourrait donner lieu à une construction originale surplombant les quais et permettant de joindre le pont Maghin, accès vers Outremeuse. Cet endroit semble un pôle de mobilité majeur (voir PUM). Les points de jonction entre quais et ponts semblent des noeuds de mobilité importants parfois un peu délaissés.

L’aspect touristique d’un tel projet semble très important, et, dans ce cas, la localisation place Vivegnis est nettement moins intéressante.

Et si franchissait la Meuse jusqu’à Bavière ? Voilà l’hôpital d’Outremeuse à nouveau accessible !
Joindre une autre gare SNCB en rive droite pour relier les 2 voies de train ?
Ou un autre pôle de mobilité rive droite ?
Franchir la Meuse et/ou la longer (ou la dérivation) en téléphérique semble a priori assez séduisant et moins coûteux qu’un pont.
En route vers Bressoux et Coronmeuse en 2017 ?

http://isabelleloirat.over-blog.fr/ext/http://elusmodemnantes.lesdemocrates.fr/files/2010/03/telepherique-sur-la-loire-nantes-25-mars-2010-modifie-29-mars.pdf


Génial !
posté le 11 mai 2011 par Caroline

Votre site est tout simplement génial ! Je le parcours depuis des heures !


Ruptures de charge ?
posté le 3 mars 2011 par Laurent

Je suis sceptique également, en ce qui concerne les ruptures de charge. À l’exception des quartiers situés sur la ligne de tram (et de train), cela signifie que les autres (Chênée, Grivegnée, Angleur... et globalement toute la rive droite) devront changer de mode de transport une première fois place St Lambert, et une seconde à Vivegnis. La rapidité du système serait « mangée » par les temps d’attente. Bien sûr, on peut imaginer qu’enfin, les TEC cesseront de penser le réseau comme une étoile — mais plutôt comme une toile — mais Vivegnis ne deviendra pour autant jamais un pôle principal (au contraire des Guillemins, ou peut-être de Coronmeuse) où nombre de lignes se croisent. Et le 71 (une seule rupture de charge), dont la régularité n’est pas extraordinaire (et qui voit son trajet allongé par un détour par la rue de Campine aux heures de pointe) risquerait de voir ses fréquences réduites.

Le « centre » de la rue du Potay (pelouse peu utilisée et enclavée, devant l’institut Marie-Thérèse ne pourrait-il convenir ? Ou un remplacement du hangar situé à côté du terrain de basket (à condition de réouvrir l’arrêt à la sortie du tunnel) ? Ceci dit, cela n’enlèverait rien au problème des ruptures de charge, l’esplanade St Léonard étant située à 6-10minutes à pied de la place St Lambert.


Rôle du chemin de fer & gare amont
posté le 4 mars 2011 par François Schreuer

Bonjour Laurent,

Tu oublies une chose extrêmement importante : le chemin de fer. Le projet proposé ici n’a de sens que couplé à la réouverture de la gare ferroviaire de la place Vivegnis (et, moyennant cela, cette place peut bel et bien devenir un pôle multimodal particulièrement attractif au coeur de la zone urbaine — cf. le poster d’urbAgora).

Si même une seule ligne de RER est ouverte (et on y arrive tout doucement), entre Statte et Liers, ce sont toutes les localités de la Haute-Meuse (Huy, Amay, Engis, Flémalle, le Val Saint-Lambert, Seraing, Ougrée, Kinkampoix,...) ainsi qu’Herstal, La Préalle, Milmort, Liers voire Rocourt, Alleur et Ans (dans l’hypothèse de réouverture de la ligne Liers-Ans) qui sont directement connectées au téléphérique et donc à l’hôpital.

Si une deuxième ligne RER (par exemple entre Verviers et Maastricht, avec passage par le pont ferroviaire à créer entre Coronmeuse et Bressoux) est ouverte, tu peux ajouter toutes les localités de la vallée de la Vesdre (Pepinster, Nessonvaux, Fraipont, Trooz, Chaudfontaine, Vaux-sous-Chèvrement, Chênée, Angleur,...) ainsi que la Basse-Meuse (Jupille, Wandre, Cheratte, Argenteau, Visé,...).

Ajoutons que le téléphérique, selon la technologie choisie, permet une rupture de charge très qualitative puisque les départs sont presque continus et que la station de téléphérique serait située au-dessus des quais de chemin de fer — là où une gare aval au Potay impliquerait plusieurs centaines de mètres à parcourir depuis l’arrêt de tram (et quasiment aucune liaison avec le chemin de fer).

Dernière chose : il ne faut pas seulement se préoccuper de la gare aval, mais aussi de la gare amont. Et là aussi le choix de la place Vivegnis est intéressant puisqu’il permet de contourner l’hôpital pour situer cette station amont à proximité immédiate de l’entrée de l’hôpital mais aussi à proximité du début de la rue Sainte-Walburge, là où un tracé depuis l’esplanade obligerait probablement à placer la gare amont derrière l’hôpital.


Pourquoi pas en ligne droite depuis l’esplanade ?
posté le 23 février 2011 par cos delvoye

Bonjour,
La superficie restreinte de la place Vivegnis ne vous freine pas pour projeter d’y aménager autant de transports en commun ?
Les lignes de trams (+ un terminus), celles des bus, les abritrams et abribus, le téléphérique, sa machinerie et son abri, et la gare des trains..

De plus,lorsqu’on regarde la carte des coteaux sur Google Earth, le tracé du téléphérique partant de la place Vivegnis vers l’hôpital de la Citadelle est une longue, très longue diagonale... Combien de poteaux de plusieurs dizaines de mètres de haut pour soutenir les câbles ? Et pour dépareiller les Coteaux...? (Classés en Zone Verte peu après 1978).

Pourquoi ne pas le faire démarrer EN LIGNE DROITE de l’Esplanade St-Léonard ? Son tracé sera 2 fois plus court, il sera plus discret et forcément moins cher.. Il ne s’étalera pas de long en large au-dessus de TOUT le site des coteaux de la Citadelle, bois Fabry ainsi que son magnifique plateau, vergers, bois de la Citadelle et bois des Carmélites...
Alors que sur l’esplanade les bus y passent -rue de la Résistance puis empruntent la rue Crève-Coeur menant à l’hyper-centre- ; pourquoi ne pas envisager le tram et son terminus dans la rue du Potay à la fin du prolongement de la rue de la Résistance ? Ou même un peu au-delà ? Et l’installation du téléphérique sur sa droite, là où se garent de plus en plus de voitures SUR une esplanade interdite au parking ?
Une navette légère ou le tram pourrait faire la jonction entre ces points et la gare SNCB de la place Vivegnis, puisque sur votre plan des lignes de tram, il y en a un qui passe place Vivegnis, rejoint Coronmeuse etc..

Si ce projet se réalise comme vous le présentez, j’en serai bien désenchantée... car d’autres solutions existent.

Et n’oublions pas que si le diesel (ici celui des bus) est une malédiction pour le citoyen et la planète, le nucléaire, lui, est loin d’être une panacée...

Il y a du pain sur la planche


Organisation de la place Vivegnis
posté le 27 février 2011 par François Schreuer

Bonjour,

C’est vrai que la place Vivegnis n’est pas gigantesque et a un caractère très agréable qu’il serait dommage d’abîmer. Et précisément : notre proposition est réalisable sans toucher à la place elle-même (sans doute devrions-nous présenter une proposition plus détaillée). En effet, il existe une série d’espaces à proximité qui pourraient être utilisés (notamment l’espace situé entre la rue des Haveurs et le chemin de fer, large d’une quinzaine de mètres, qui pourrait servir pour le terminus d’une ligne de tram, en plus du passage de la seconde ligne). Secundo, il est très peu probable qu’une gare soit (re)construite place Vivegnis : si on obtient l’ouverture d’un point d’arrêt, ce sera déjà une victoire significative. Quant à la gare du téléphérique, tertio, nous l’imaginons au-dessus des rails, avec un accès directs au(x) quai(s) de chemin de fer. Bref, sauf un (très éventuel) arrêt de bus, l’espace disponible place Vivegnis ne sera pas mangé par ce projet.

Concernant l’impact sur les coteaux de la Citadelle, nous n’imaginons qu’un seul pylône (nécessaire quel que soit le tracé, en raison du profil de la colline), qui serait situé aux abords du boulevard du 2e Lanciers. La portée des cables permet sans problème de survoler les coteaux sans les toucher.

Pourquoi ne pas le faire démarrer en ligne droite depuis l’esplanade ? Tout simplement parce que nous pensons que le téléphérique doit être intégré au réseau de transport en commun. Certes, une connexion avec le réseau de bus semble envisageable (dans un seul sens de circulation, cependant) du côté de la rue du Potay, mais c’est là oublier que le réseau de bus va être complètement refondu avec l’arrivée du tram. En particulier, il est quasiment certain que les lignes 1 et 4 disparaitront et seront remplacées par le tram qui, lui, passera par Feronstrée — c’est-à-dire trop loin du bout de l’esplanade pour permettre une réelle intermodalité. En outre et surtout, la connexion avec le train n’est possible que place Vivegnis. Et, dans l’hypothèse d’un réseau RER liégeois, cette connexion sera essentielle pour desservir le CHR de la Citadelle.

Une navette supplémentaire pour faire le lien entre la place Vivegnis et une gare aval située du côté de l’esplanade ? Cette solution est probablement rédhibitoire tant au niveau du temps de parcours (on peut facilement perdre plus de cinq à dix minutes, ce qui est considérable) que du coût supplémentaire.

Quant à l’énergie utilisée, je me permettrai simplement de rappeler que le téléphérique est l’un des modes de déplacement urbain les moins consommateurs d’énergie (quelle qu’en soit la source) et que l’utilisation de l’énergie électrique permet de changer facilement la source énergétique utilisée. Il n’y a aucune fatalité à l’usage du nucléaire.

À votre disposition pour en discuter,


Ne dispersons pas les points de connexion
posté le 11 février 2011 par Thomas

Tout ce qui est dit est vrai, mais le faire partir de Vivegnis c’est aussi le cantonner à un public « St Léonard » et nord de la ville, je ne pense pas que tout le monde se déplacerait jusque là, en tout cas à pied. Déjà partir de l’esplanade St Léonard ce n’est pas vraiment au centre. Le mieux serait évidemment la Place St Lambert, mais est ce vraiment faisable (et pourquoi pas au fond, le Tivoli n’est pas encore construit) ?

Concernant la liaison de Vivegnis avec tram et train je suis assez sceptique. On oublie que les bus resterons nécessairement le plus important moyen de transport en commun. Ne dispersons pas les points de connexion, ceux ci doivent être au plus près des besoins déjà existant (c’était d’ailleurs le constat tiré pour les rues de passage du tram).


Liège ne peut se contenter d’un centre resserré sur la place Saint-Lambert
posté le 15 février 2011 par François Schreuer

Il ne faut pas envisager le téléphérique comme un outil isolé, mais comme un maillon du réseau de transport en commun. Si le tram passe par la place Vivegnis, comme nous en défendons le principe, et si le même ticket de permet de passer du tram au téléphérique, l’accès au téléphérique depuis différents points du centre-ville sera extrêmement aisé (et on ne parle même pas des possibilités qu’ouvrira le RER). Je ne sais pas ce qui vous rend sceptique à ce propos. Quant au bus, je crains que vous ne vous trompiez : si un réel réseau de tram est développé (pas uniquement une ligne), leur présence au centre-ville sera fera nettement plus discrète. Soit dit en passant, il est possible de faire passer une ou plusieurs lignes de bus place Vivegnis.

Il y a aussi que, depuis l’inauguration de l’esplanade, Saint-Léonard est en train de changer, de faire, de plus en plus, partie du centre-ville. Ce dont on ne peut que se réjouir, d’ailleurs : Liège ne peut se contenter d’un centre resserré sur la place Saint-Lambert, il faut y intégrer des quartiers comme Outremeuse, Jonfosse ou le début de Saint-Léonard.


Le raisonnement se tient
posté le 16 février 2011 par Thomas

Oui je reconnais le raisonnement se tient. Mais je crains malgré tout une sous-utilisation du téléphérique s’il est localisé à Vivegnis, qui n’est pas vraiment (en tout cas à l’heure actuelle) un lieu de passage. Je me réjouirais du fait qu’il le devienne.

D’autre part, investir l’hyper centre avec les moyens « doux » est aussi une manière de « bousculer » la voiture, imposer des schémas de circulation radicalement différents. Ce qui risque d’être un peu loupé si on « cantonne » les moyens les plus spectaculaires à l’extérieur de l’hyper centre.

À propos je n’avais pas pensé mais la gare du Palais pourrait aussi être un bon point de départ.

J’espère me tromper, mais cela ne m’enlève pas mes craintes.


Le raisonnement se tient
posté le 2 août 2012 par Théophilia

Le projet de téléphérique de St-Léonard vers la Citadelle avance et selon les dires d’un journal local, le projet arriverai à terme en 2017. Le temps de voir venir donc, il ne va pas falloir être trop impatient d’ici là ! Personnellement j’ai hâte de l’emprunter.

Photo sur toile

Théophilia - impressions de photo sur toile


Poster un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.